BEN THOUARD: L’ULYSSE QUI PHOTOGRAPHIAIT AU TRAVERS DES VAGUES.

News et événements

Tout juste une année après l’arrivée de Fred Buyle dans la famille des explorateurs d’Ulysse Nardin, l’horloger de la mer est fier d’annoncer son partenariat avec un nouveau talentueux photographe, chasseur d’eau en mouvement, de lumière, de transparence et de poésie : Ben Thouard.

Ben Thouard rejoint ce printemps l’Armada d’explorateurs d’Ulysse Nardin, aux côtés de l’apnéiste et photographe Fred Buyle, des navigateurs Sébastien Destremau, Romain Pilliard et Dan Lenard, du snowboarder et surfer Mathieu Crépel et du champion de kitesurf Alex Caizergues. À l’image du héros de l’Odyssée d’Homère, ces Ulysses des temps modernes se lancent à la conquête de leurs rêves et de leurs ambitions, prêts à affronter l’inconnu et les obstacles, plus que jamais connectés aux éléments, à l’océan, à la Nature.

Thouard a grandi à Toulon, dans le sud de la France, tout près de Marseille. Pas l’endroit avec les meilleures vagues, mais suffisamment pour lui donner la « piqure du surf » à tout juste 8 ans. Vers l’âge de 15 ans, il trouve un vieil appareil argentique dans le grenier de la maison familiale. Curieux, il s’achète quelques rouleaux de film et se découvre rapidement une deuxième passion : la photographie.

Puissance et poésie des éléments

Fou des océans, armé de son matériel photo et de sa DIVER Great White 44mm, Thouard traque la vague, sa force et sa clarté pour n’en garder que sa beauté, son émotion. Avec à son actif plus de deux millions d’époustouflantes photographies d’eau en mouvement, Thouard vient tout juste de publier son premier livre d’art « SURFACE ».

Une vague n’a pas d’âge !

Avec des débuts comme photographe de surf, Thouard décide rapidement de s’orienter vers de la photo qu’il qualifie « d’artistique ». C’est l’intemporalité de la nature qu’il vient chercher en caressant la surface de l’eau avec son objectif. Sous l’eau ou sur l’eau, les photos de Ben Thouard bousculent les repères dans un jeu de lumière qui nous fait perdre la notion de gravité et de temps. Dessus, dessous ou sur la vague, cela n’a aucune importance. Ce qui compte c’est la texture, la lumière, la profondeur, la beauté éclatante de la nature et des éléments. Thouard vit désormais à Tahiti qu’il affectionne particulièrement pour la clarté de ses eaux turquoise. Et on le comprend. Ses photos, baignées dans un camaïeu de bleu, gris et blanc, nous bouleversent. Elles sont esthétiques, intemporelles, « jamais vues » et lui valent la reconnaissance mondiale et plusieurs prix prestigieux. Mais non sans efforts ! Ben Thouard part à l’eau à des moments savamment calculés, rien n’est laissé au hasard. Ses clichés nécessitent parfois plus d’une journée entière de travail passée dans l’eau à mesurer avec une précision quasi chirurgicale les rayons du soleil pour seulement quelques secondes capturées. Des mois de travail pour une seule photo, pour une seule vague. Pour un instant.

Alors même qu’aujourd’hui, la photo a moins de chances de nous impressionner qu’à l’aube de son invention, il y a quelque chose d’absolument magnétique dans le travail de Thouard. On comprend bien ici toute la différence entre photographie et photographie d’art. Dans la photographie d’art, celle qui produit des images et des émotions, tout l’enjeu est d’arracher à la réalité visible ce qu’elle ne paraît pas pouvoir donner. Un magnifique travail de composition graphique donc, mais aussi d’émotions, porté par Ben Thouard, fièrement encouragé par les équipes d’Ulysse Nardin.