ULYSSE NARDIN TOURBILLON

News et événements

Le cabinet d’ingéniosité Ulysse Nardin met les pleins phares sur le tourbillon !

Concevoir, dessiner, fabriquer les meilleurs instruments de mesure du temps fut le défi qu’Ulysse Nardin se lança en 1846. La manufacture assure la relève depuis 172 ans en créant des montres avec une même passion intacte et remporte plus de 4500 prix et 18 médailles d’or de chronométrie ce qui la hisse au premier rang des manufactures ainsi récompensées. Si la manufacture Ulysse Nardin occupe une illustre place dans l’histoire des montres de bord et des chronomètres de marine, elle est tout aussi performante pour ses tourbillons. Chez Ulysse Nardin, les chronomètres à tourbillon relèvent d’un art qui trouve ses racines à la fin du 19e siècle. Le tourbillon participait à la recherche du plus haut niveau de précision, sa fonction première étant de compenser les écarts de marche du mouvement inhérents à la gravité terrestre dans les positions verticales.

Les « artistes horlogers » Ulysse Nardin, fous de précision

Albert Pellaton Favre (1834-1914), célèbre « artiste horloger » au service d’Ulysse Nardin construit entièrement à la main en 1899, le premier tourbillon sorti des ateliers. Cela constitue une grande performance de conception et de fabrication et traduit une maîtrise absolue d’un art à la fois technique, architectural et esthétique. Son fils Jämes-César Pellaton (1873-1954) fut l’héritier de ce talent horloger. Jämes, embauché par Paul-David Nardin, est alors depuis un an service de la manufacture. Il y devient un fin connaisseur des échappements et un grand spécialiste des tourbillons. Il cultive avec les horlogers experts dont Paul-David Nardin a su s’entourer, l’art de la précision au travers de recherches sur les mécanismes et les matériaux. En 1903, Jämes quitte Ulysse Nardin pour s’engager comme directeur de l'école d'horlogerie du Locle; il continuera à concevoir des tourbillons pour diverses Maisons. La maison Ulysse Nardin livrera neuf chronomètres de poche à Tourbillon. Pas un de plus, pas un de moins, sans doute pour des raisons purement pratiques car la notoriété de la manufacture Ulysse Nardin entrainait des commandes multiples notamment de montres à grandes complications telles que des répétitions minutes et grandes sonneries. La manufacture privilégiait déjà la qualité sur la quantité. Chaque pièce était fabriquée de manière artisanale avec des contrôles multiples à chaque étape.

Ulysse Nardin, Maître des grandes complications

Depuis 1983, dans la continuité de son héritage et sous l’impulsion de Rolf Schnyder à la tête de la compagnie pendant plus de 30 ans, la Maison Ulysse Nardin ne cesse de mettre au point de nouvelles cages tournantes et la liste est longue: que cela soit sous la forme d’un tourbillon volant aux allures de « mécanisme mystérieux » avec la Royal Blue Tourbillon en 2013 ou la très impressionnante Imperial Blue, un tourbillon volant répétition minute grande sonnerie lancé l’année suivante. La Freak Phantom, toujours en 2013, est quant à elle un condensé de technologie de pointe avec un tourbillon une minute sur un tourbillon carrousel une heure. En 2015, Ulysse Nardin propose le Constant Ulysse Anchor Escapement, une construction époustouflante qui vient prendre place dans un tourbillon 60 secondes, primé par le GPHG de Genève. En 2016, la Marine Grand Deck Tourbillon est une véritable prouesse technique avec son dispositif breveté complété par un majestueux… tourbillon volant ! Plus récemment, d’autres exemples de la maîtrise d’Ulysse Nardin en la matière : la Marine Tourbillon équipée du calibre Manufacture UN-128 et son tourbillon volant qui effectue une rotation en une minute. La Freak Vision sortie au SIHH 2018 et son tourbillon carrousel iconique qui accomplit une rotation en une heure. Aujourd’hui encore, Ulysse Nardin rend hommage à son histoire et lance l’EXECUTIVE SKELETON TOURBILLON, un tourbillon volant sur base squelette à l’allure à la fois arachnéenne et poétique, dans une version or rose, pour les Chief Executive Officers uniquement ! Quand les grandes complications rappellent que la sobriété n'exclut pas la complexité…